Si vous n’étiez pas encore convaincu, c’est peut-être le moment de réaliser à quel point le contenu est une composante essentielle de votre communication. Et peut-être même LE moteur de LA communication au sens large.
Peut-on dire tout ce que l’on veut, quand on le veut, fonction de l’actualité, de son humeur ?
Pas si simple de répondre ! Quoique… un peu d’organisation et de planification peut se révéler payant. Démonstration !

Pour comprendre comment planifier son contenu, retour sur les grands principes de base de la communication.

Schéma de communication

Un émetteur envoie un message à un récepteur. Pour cela, il utilise un canal, autrement dit, un outil de communication (papier, web, téléphone, radio…). Lors de l’émission du message, la source prend le soin de le coder, c’est à dire de le rendre compréhensible et impactant pour sa cible et seulement pour sa cible.

Mais, attention aux bruits de fonds et aux parasites ; aux messages contradictoires et confus, aux postures d’émetteurs concurrents, à une gestuelle inappropriée ou à des supports non adaptés au message ou à la cible…
Quelques exemples de messages qui font « pshitt » :
— Expliquer que l’on est le moins cher alors que la concurrence vient de lancer une opération promotion façon « coup de poing »,
— Justifier un chiffre d’affaires en hausse alors que la gestuelle indique une stagnation ou pire une baisse…,
— Commercialiser des produits haut de gamme en assurant leur promotion sur des supports bon marché (flyers, cartes de visites…)

Dernière composante d’une vraie communication : susciter le feed-back ! Qu’il s’agisse de reformulation, de résumé ou de « call to action », la cible doit donner son retour à l’émetteur afin de lui assurer de sa bonne interprétation du message.
Sans feed-back, on parlera plutôt d’information ou bien d’une opération de communication plutôt…médiocre !

En prenant conscience de ces grands principes théoriques, on comprend d’autant mieux que rédiger pour son site web ou pour son blog est un vrai sport d’endurance.

Planifier son contenu…en fonction des bruits et parasites
Une veille efficace permet d’étudier son marché, l’avancée de ses concurrents, le degré de maturité de ses cibles… Cette veille est donc très précieuse pour ceux qui délivrent du contenu. Un peu comme pour les 4 P en marketing (ndlr Product, Price, Place, Promotion), il convient de proposer le meilleur message, au meilleur moment, avec le meilleur support et à la meilleure cible. Avoir un œil sur un agenda et étudier tous ces paramètres avec quelques longueurs d’avance peut donc se révéler efficace !

Planifier son contenu…en fonction de ses convictions
Ne pas parler des mêmes sujets que les autres au risque de plagier, ou de se répéter ou de ne pas susciter l’intérêt.
Parler des sujets que l’on connaît, qui nous animent et qui coïncident avec nos propres convictions, et avec l’ADN de notre entreprise.
Mais parler de sujets sans réelle trame peut s’avérer sur la distance parfois « mono sujet » ou « complètement décousu ».

Planifier son contenu …pour intéresser sa cible
Éviter de parler de SES produits, de SOI, de SON entreprise…Il faut se mettre dans la peau du client, ce qu’il attend et/ou ce qu’il souhaite trouver. C’est souvent une question d’angle d’article, voire de titre. On fait tous l’expérience au quotidien d’e-mails mal rédigés ou souvent, d’objets mal écrits. Un mauvais objet, c’est un e-mail qui restera fermé ou qui sera jeté !

Planifier son contenu…pour offrir un vrai « style » informatif
Un ton tantôt institutionnel ou tantôt familier. Des titres incitatifs ou informatifs, un style d’écriture littéraire ou journalistique, humoristique. Des données factuelles, commerciales, une abondance de photos, noir et blanc uniquement, ou bien des infographies, des citations récurrentes, des choix de couleurs, de police… Une présence sur les réseaux sociaux cohérente avec son style éditorial.
Toutes ces attitudes littéraires en disent long sur ce que vous êtes et ce que vous proposez. Autant soigner le contenu et le rendre percutant, prévisible ou surprenant.

Comment construire un calendrier éditorial ?
Ce type de planning doit obligatoirement contenir :
— Un sujet
— Une date de publication
— Une cible
— Un objectif (il s’agit du « feed-back » attendu, voir plus haut dans l’article)
— Un format de contenu (article, portrait, interview, dossier, infographie, vidéo…)
— Des mots clés (pour le classement et pour le référencement de la page)
— Des liens externes ou internes à votre site
— Un call-to-action (par exemple : « passez votre commande », demandez votre devis » ou « abonnez-vous à notre newsletter », « téléchargez notre livre blanc »…)

Dans l’idéal, un bon rythme de publication pour une petite ou moyenne entreprise, c’est une actualité tous les 10 jours, et une présence sur les réseaux sociaux 1 à 2 fois par semaine.

Dernier conseil, n’oubliez pas de mentionner une durée de vie ou une date de rafraichissement pour votre contenu.
Aujourd’hui, tout va plus vite. L’information est rapidement disponible, mais en contrepartie, elle est rapidement obsolète.
Et là, rien de pire que de parler de votre dernière grande actualité… de mai 2009 ou bien de votre dernier « post » Facebook daté d’il y a six mois… !!!
C’est un bruit, un parasite dans votre communication, mais je crois que je me répète !

Call-to-action 🙂

Et vous ? Où en êtes-vous dans la gestion de vos contenus ?
Besoin d’aide ? Découvrez nos solutions !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>